L'histoire du yaoi.

Vous aimez le yaoi ? Vous voulez savoir comment les histoires BL ont vu le jour ? La bibliothèque vous propose donc de découvrir son histoire, son commencement, sa progression au fil des années. En espérant que cet article vous enverra ravir.
 
Le Yaoi au Japon.
 
Le yaoi a commencé à faire son apparition, au Japon, sur le marché du dôjinshi vers la fin des années 70/début des années 80 comme une extension du shônen-ai (少年愛) (aussi appelé « Juné » ou « Tanbi »). Mais alors que le shônen-ai (qu'il soit issu de dôjinshi ou d'œuvres publiées par des maisons d'édition) désignait systématiquement des œuvres originales, le yaoi consistait en la parodie d'anime et de manga shônen populaires, tels que Captain Tsubasa (Olive et Tom, NdT) et Saint Seiya.
Les créateurs et fans de BL prennent cependant garde à distinguer ce genre du bara, qui comprend les « manga gay », qui sont des œuvres créées par et pour des hommes gay. Il existe cependant des mangaka hommes qui écrivent/dessinent du yaoi. Le yuri quant à lui est un terme couvrant plus de facettes que le yaoi, en ce sens qu'il fait référence aux manga mettant en scène des relations homosexuelles entre femmes et pour un public très large, qu'il soit masculin (plutôt hétérosexuel) ou féminin (hétérosexuel ou homosexuel). Le yuri réalisé par et pour des femmes lesbiennes est un peu la version féminine du bara, alors que le yuri écrit/dessiné par des hommes se rapproche plus du yaoi écrit/dessiné par des femmes, en ce sens que dans les deux cas, le public visé est celui du sexe opposé et que l'histoire n'a pas pour but d'être réaliste dans sa description des relations homosexuelles.
 
Une des premières – et plus courantes – appellations du BL au Japon était « Juné » (ジュネ), et avait pour origine le nom d'un magazine, June, qui publiait des romances tanbi (耽美, « esthétique ») mettant en scène des relations entre hommes, écrites dans un but de gloire à la Beauté, ainsi que des romances entre hommes mûrs et jeunes éphèbes, le tout étant écrit dans un langage particulièrement fleuri utilisant des kanji relativement inhabituels. La mangakaMori Mari, dans Koibito tachi no mori (恋人たちの森, « La forêt des amants »), le premier manga réellement considéré comme BL, utilisait des kanji tellement inhabituels pour les noms de ses personnages qu'elle a fini par les convertir en katakana.
Kaoru Kurimoto, une mangaka de la fin des années 70, a vu ses œuvres shônen-ai décrites comme « précurseurs du yaoi ». Le terme « juné » a finalement été délaissé à la faveur de « BL », qui reste à ce jour la dénomination la plus courante.
Un autre terme pour yaoi est « 801 ». « 801 » peut, en japonais, se lire « yaoi » de la façon suivante : une des façons les plus courtes de lire le chiffre 8 est « ya », 0 peut se lire « o » - l'influence occidentale, sans aucun doute, tandis que 1, dans sa lecture la plus courte, peut se dire « i ». Exemple, un manga publié sur internet s'appele Tonari no 801-chan (« Ma voisine Yaoi-chan», NdT), et met en scène un otaku qui sort avec une fujoshi. Il a par la suite été adapté en shôjo manga et en film. 801-chan, la mascotte d'un centre commercial japonais, est utilisée dans ce manga.
 
 
Le Yaoi en France.
 
Si Zetsuai est le premier manga yaoi sortie en France (30 Mai 2000), par Tonkam, on retrouve néanmoins des titres plus ambigue sorti bien avant. On peut citer pour exemple le célèbre Banana Fish de Akimi Yoshida (1986) publié en France par Panini. Malgrés tout, les premiers titres Boy's Love sortie en France ne se font pas remarquer (Zetsuai, New York New York, Kizuna, Ludwig II ...). Tokyo Babylon, un titre des célèbres Clamp débarque en 1996 en France.
Mais il faudra attendre 2005 pour qu'un Boy's Love plus populaire soit édité. Il s'agit de Gravitation (18 Mai 2005) publié en France par Taifu. Pendant ce temps, une petite mais solide communauté c'est formé via internet grace notement aux fanfictions puis via les scantrads. De rare animes Yaoi/slash sont mis à disposition grace aux teams de scantrad, tel que Gravitation, Yami no Matsuei, Sukisyo ou bien encore Loveless. En plus de Gravitation, d'autres mangas (dont certains sont adaptés en animes voir même fansubé) sont publiés : Loveless, Les descendants des ténèbres, Compte Cain . Il s'agit d'oeuvres tendancieuses où la relation entres les protagonistes est plus qu'ambigue sans jamais être explicite.
Mais c'est en 2007 qu'explose en France le genre Boy's Love, avec le titre Jeu du chat et de la souris publié par Asuka, vendu à plus de 30 000 exemplaires! Un reccord. Depuis les licences s'enchainents, les titres les plus célèbres se vendant aux alentours de 10 000 exemplaires. Trois label Boy's Love ont fait leur apparitions chez Tonkam, Taifu et Asuka mais d'autres maisons se sont également mis au Yaoi : Samji (spécialisé dans les manwhas), Edition H (maison d'édition spécialisé dans le Boy's Love)... Une maison d'édition, Les éditions Muffins, c'est même lancé dans la publication de roman Boy's Love depuis presque 2 ans.
 
Source : yaoi-juice
 
 
 
Le yaoi maintenant.
 
Le marché des œuvres yaoi s'est énormément développé ces dernières années et touche un public de plus en plus large, au Japon comme à l'étranger.
De nombreux shōjo mangas incluent des éléments BL, comme des relations ambiguës entre personnages masculins secondaires, sans pour autant en faire leur intrigue principale. Voir par exemple des œuvres telles que Angel SanctuaryCardcaptor SakuraXTsubasa Reservoir Chronicle ou Host Club, s'adressant à un large public.
De la même façon que des artistes amateurs ont détourné les personnages de leurs séries favorites pour écrire et dessiner des dōjinshi yaoi, des fans du monde entier ont adhéré à cette subversion appelée désormais Slash (nommé d'après la barre oblique appelée slash en anglais, utilisée pour séparer les noms de deux personnages que les fans mettent en couple). Le slash reprend le principe de l'utilisation des personnages d'une œuvre et de leur mise en scène dans une relation homosexuelle, quelle que soit leur orientation dans l'œuvre d'origine. Une telle pratique s'exerce artistiquement dans les œuvres écrites dites fanfictions ou graphiques dites fanarts. Il n'est pas rare de voir confondus Slash et Yaoi dans les fanfictions et fanarts à caractère sexuel.
 
 
Convention Yaoi.
 
La première convention entièrement centrée autour du BL en général et du yaoi en particulier est la Yaoi-Con qui se tient tous les ans à San Francisco, et réunit des fans de tous les États-Unis (où le BL est le plus porteur) et du monde. Cette convention est destinée aux adultes et l'âge d'entrée minimal est 18 ans.
Il est à noter qu'au Japon, de très nombreux évènements organisés par des fans permettent aux cercles de vendre des doujinshi yaoi. Ces conventions sont toutefois en général assez discrètes (sur invitation seulement pour certaines d'entre elles).
En France depuis 2011 se tient tous les ans à Lyon, la première convention européenne sur le yaoi et le yuri. La Yaoi Yuri Con à était crée par l'association event yaoi.
 
 
Source : wikipedia

Tags : L'histoire du yaoi

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.225.26.44) if someone makes a complaint.

Comments :

  • latufortuna

    03/04/2014

    au moins maintenant je sais ^^

  • harrypotter01800

    01/04/2014

    Yaoi Juice est une bonne source je trouve. En tout cas, j'ai appris aussi des choses en lisant ce qu'ils ont écrit =)

    J'ai trouvé que l'histoire du yaoi ils l'ont bien décrit. ^^
    --
    Je suis d'accord! Beaucoup des infos que je trouve sur les animes yaoi viennent de ce site :)

  • Allen-san

    29/03/2014

    C'est très intéressant de lire cet article :)

  • harrypotter01800

    28/03/2014

    Et je vois que tu tires certaines infos du site "yaoi juice" moi aussi je l'aime beaucoup, il y a beaucoup d'articles très complet dessus!

  • harrypotter01800

    28/03/2014

    J'ai tout lu! J'ai appris plein de choses :)
    Moi aussi j'ai adoré le manga "le jeu du chat et de la souris"

Report abuse